Décorateur ancenis

Le métier de décorateur d’intérieur est un joli mélange d’expérience, d’histoires, de liens et de connaissances ; contribuant ainsi au bien être des personnes dans leur habitat ou leur local professionnel ; leur faisant gagner un temps précieux et mettant en lumière leur rêves d’intérieur.

État des lieux de la profession

Il livre un projet avec une histoire, à travers une implantation d’aménagement, des propositions de matières, de revêtements, de couleurs, de mobilier… Chaque choix est justifié en fonction du ou des clients, qu’ils soient particuliers ou professionnels.

Il a une place privilégiée par rapport au(x) client(s). En effet, pour pouvoir lui proposer un projet, il entre dans leur(s) intimité(s) (commerce, entreprise, famille, …) pour comprendre leurs besoins > C’est la colonne vertébrale de sa mission !

Il doit alors faire preuve d’empathie, et manier l’art de découvrir ses clients.

Certains décorateurs réalisent aussi une application de leur projets (décors, peinture, papiers peints, revêtements …). Ce sont les peintres décorateurs (dont je ne détaille pas leur prestations ici).

Le décorateur d’intérieur établi un projet avec des recommandations (couleurs, matériaux, revêtements, mobilier …) mais le client reste décisionnaire de ses choix. Pour cette raison, client et décorateur sont impliqués et avancent ensemble tout au long de la mission.

Il travaille souvent seul au sein de son entité mais dispose d’un réseau :

  • Au sein du domaine de l’architecture (architectes) et de professionnels du second œuvre, qu’il peut recommander à ses clients, qui lui permet de la guider lorsqu’il a besoin d’un conseil technique, ou pour le nourrir quand aux nouveaux matériaux et tendances actuelles ; dans chaque corps d’état (plomberie, électricité, agencement, travail du tissu sous toutes ses formes, peinture, métallerie, cuisinistes …)

  • De fournisseurs de matériaux (parquet, carrelage, papiers-peints, tissu, objets d’art, …)

  • De magasins de mobilier et de décoration

Cette liste n’est pas exhaustive, les besoins des clients peuvent être extrêmement variés. La force du décorateur est alors d’implémenter son adaptabilité pour être en capacité de basculer facilement d’un projet à un autre, et de pouvoir répondre aux besoins extrêmement variés des clients.

Plus son réseau de professionnel est étoffé, plus il est en mesure d’apporter de la richesse à ses projets.

Réglementation de la profession

Jusqu’en 1962, pour être décorateur, un diplôme était obligatoire. Aujourd’hui, le métier n’est pas réglementé. Il existe cependant des écoles qui propose des formations plus ou poins longues en présentiel, ou à distance.

Lors de la sélection d’un professionnel, il est donc important de connaître son parcours qui l’a amené à exercer cette profession.

Les prestations

Les prestations et leurs coûts proposés varient d’un professionnel à un autre selon son organisation, son expérience, les prestations livrées.

Pour la livraison d’un projet (bien se renseigner sur les éléments livrés) : les prix sont établis de manière forfaitaire, selon la surface, ou au temps passé.

Certains décorateurs proposent des accompagnement « shopping », souvent liés à des achats d’objets décoratifs et petits meubles.

La mise en œuvre du projet peut être accompagnée jusqu’à la livraison des travaux comprenant la consultation et l’aide au choix des entreprises, puis le suivi des travaux. Le coût est plus ou moins flou : tarification au forfait pour certains, au pourcentage des travaux pour d’autres, selon le temps passé, ou encore via une rémunération complémentaire auprès des entreprises intervenantes.

Les prestations en ligne

Des sites internet proposent aussi des prestations 100 % online. Leur coût est le plus souvent forfaitaire. Les échanges sont limités

La différence avec un décorateur « physique » est largement différente : mettant en avant l’humain et souvent une relation pérenne dans le temps.

Leave a Reply